Le département

Vers un nouveau Département

Après la loi de décentralisation du 2 mars 1982, la réforme territoriale menée actuellement est certainement la plus ambitieuse de ces 20 dernières années.

Toute réforme d’une telle ampleur ne se fait pas dans la facilité. Beaucoup de questions sont posées.

Pourtant, il est nécessaire de rappeler que la puissance publique est, aujourd’hui, au cœur des collectivités territoriales. Chaque territoire étant différent, les réponses apportées par la réforme territoriale doivent être proportionnées pour que rien ni personne ne soit lésé.

C’est pourquoi la réforme territoriale s’achemine, pour les départements, vers trois options:

  • Là où il y a des métropoles, très clairement les départements doivent évoluer. L’accumulation de strates territoriales et l’enchevêtrement de compétences nuisent à la puissance publique. Tout le monde est d’accord sur ce point.
  • Dans les départements où les intercommunalités sont assez grandes et structurées, la solution d’une fédération d’intercommunalités semble pertinente.
  • Dans les départements (très) ruraux, l’existence d’un Conseil général est une bonne solution : « Là où les intercommunalités ne peuvent représenter l’ensemble des collectivités, notamment dans les départements ruraux, les conseils départementaux doivent garder un rôle, même si leurs compétences seront simplifiées » (Le Premier ministre, Manuel Valls, Discours de Politique Générale, 16.09.2014)

Dans la Vienne, le Conseil départemental a une vraie pertinence. La solidarité, première compétence du Département, est un vaste sujet. Mais beaucoup de choses restent à faire.

L’objectif des élus de Vienne à Gauche est de repenser le Département, de participer activement à sa modernisation avec deux exigences :

– La PROXIMITÉ

– La garantie du SERVICE PUBLIC.